Claude Brazeau
ClaudeBrazeau-logo unique.jpg

News / Nouvelles

Portrait, mariage, événements ... un peu de tout :-)

La photographie de mariage - Chez le marié

Je ne suis jamais en retard, si je le suis, c’est qu’il s’est passé quelque chose de grave. Des fois je suis même un peu trop en avance.

Dans ce cas, j’en profite pour faire le tour des lieux, y a t’il un jardin, une cour arrière avec un peu d’ombre? Si je peux entrer, je fais le tour de la maison pour trouver la meilleure lumière. Après m’avoir présenté aux propriétaires des lieux, évidemment.

Je demande aussi à voir les anneaux et une invitation pendant que mon assistante s’occupe de mettre les fleurs aux vestons des messieurs. Un close-up des anneaux fait un très beau fond de page pour l’album, même chose pour une invitation. Il arrive qu’on soit assez tôt pour photographier les préparations. Le marié qui met ses souliers n’a rien de très photogénique mais ça fait un bon souvenir si c’est fait avec goût et créativité. Si le temps le permet, j’aime bien jaser les parents pour en apprendre un peu plus sur les mariés. Plus j’en sais, meilleur sera le résultat final. Bien connaitre son sujet est une règle de photographie que j’ai appris très tôt.

Les hommes sont en général nerveux devant un appareil photo. Le truc est justement de leur faire oublier celui-ci, et la seule façon de le faire est de jaser de n’importe quoi sauf de photo :-)  Je commence par les photos de famille, en faisant celles-ci avec le marié, on n’aura pas besoin de les faire après la cérémonie, donc, on sauve du temps. Ensuite le cortège pour finir avec le marié seul. Un coup rendu là, il est habitué à poser et est beaucoup plus à l’aise. Mon mot d’ordre est: “simple, ça marche” et j’essaie de l’appliquer à toutes les situations. Rien ne sert de chercher le background parfait dans un apart deux pièces ou dans une arrière-cour encombrée. Des fois, mieux vaut inclure le décor existant que de perdre du temps à chercher la perfection. Je ne suis pas non plus, un fan des backgrounds studio, ça prend beaucoup trop de temps à installer et difficile à éclairer en situation hors-studio. Il arrive qu’on travaille dans un environnement parfait pour ce genre de photo (le château Laurier, Sthratmere etc…) mais croyez-moi, c’est plutôt rare.

Si je travaille en intérieur, je cherche la lumière naturelle, si elle n’est pas disponible, j’utilise un SB-900 avec parapluie. Je n’utilise pas de Softbox hors-studio, trop long à assembler. Si c’est en extérieur, à l’ombre en bordure de la lumière est toujours excellent en lumière naturelle. Si je peux, j’utilise un flash externe en fill ou en coupé. Encore là, j’aime travailler en style “commando”, avec le moins d’équipement possible mais toujours à portée de main, juste au cas ou. Comme disais l’autre: “I only use available light, any available light!”.

Trois quart d’heure sont amplement suffisant pour cette première session de la journée. On quitte le marié, direction chez la mariée.

Pour le photographe:

Arrivez à l’heure ou même un peu d’avance, profitez-en pour faire le tour de l’emplacement et trouver les beaux “spots”.
Si vous avez à déplacer les meubles, faites certains de tout remettre en place avant de partir. Je me rappelle un marié qui ne trouvait plus les anneaux après que j’ai déplacé la moitié de la chambre. (heureusement, son garçon d’honneur l’a retrouvé et m’a sauvé la vie :-)
Si vous n’avez pas la chance d’avoir un ou une assistante qui sait tout faire, apprenez à faire un noeud de cravate et à épingler des fleurs.
Si vous montez vous-même l’album final, n’oubliez-pas de faire des photos de tout ce qui à rapport à l’événement: fleurs avec étiquettes dans la boîte, anneaux, invitations, tout ce qui peux faire un beau fond de page dans l’album.
Jasez avec les parents, famille ou garçons d’honneur. Tout ce que vous pouvez apprendre sur les mariés vous sera utile au cours de la journée. Un père m’a déjà annoncé que la mariée était enceinte et qu’elle l’annoncerait d’une façon spéciale au souper, si je n’aurais pas su, j’aurais manqué de beaux moments puisque celle-ci ne l’avait évidemment pas indiqué sur sa liste :-)
Même si vous prenez un peu de retard, ne “poussez” pas les gens, vous êtes là pour faire des photos de leur journée comme elle se passe et non selon votre horaire. La brusquerie n’a pas sa place lors d’un mariage.

Pour le marié:

Relaxez et laissez-vous conduire par le photographe, c’est son travail de trouver la bonne lumière et de déplacer les meubles, pas le vôtre ni celui de vos invités, une longue journée vous attend :-)

Équipement utilisé pour cette session:

1 boîtier
24mm
50mm

85mm

Macro 60mm (pour les anneaux)
Flash SB-900 avec et sans parapluie

:-)

À suivre…

Claude Brazeau MAP (Maître des arts photographiques) est un photographe de mariage et portraitiste d’Ottawa qui a remporté plusieurs prix. Il est membre du PPOC (Professional Photographers of Canada) et détient des accréditations dans quinze catégories. Parmi les prix reçus, il y a entre autres :

- International - Bronze Medalist 2014 PPA (Professional Photographers of America)

- Canada – Best in Class Portrait 2014
- Ontario – Photographe portraitiste de l’année – 2010, 2011 et 2013

- Ontario – Meilleure photo dans la catégorie portrait

- Ontario – Meilleure photo dans la catégorie ‘Beaux-Arts

- Ontario – Préférée du juge

- Ontario – Préférée du public

- Ontario – Meilleure photo dans la catégorie ‘Photo de mariage de style photojournaliste’

- Canada – Meilleure photo dans la catégorie ‘Photo de mariage de style photojournaliste’

Pour plus de renseignements au sujet du PPOC, du MAP, des accréditations et prix www.ppoc.ca